9 choses à faire et à voir à Dublin et 3 à ne pas faire

9 choses à faire et à voir à Dublin et 3 à ne pas faire
Dublin
9 choses à faire et à voir à Dublin et 3 à ne pas faire

Trouvez le bon c√īt√© de chaque situation. √áa y est la qualit√© principale des Dublinois. Une attitude de fille d'un pass√© de souffrance qui pendant des ann√©es a contraint nombre de ses habitants √† √©migrer √† la recherche d'un avenir meilleur. Puis les choses ont radicalement chang√©: l'√©conomie, entre les XXe et XXIe si√®cles, a connu une croissance spectaculaire, la ville s'est agrandie tant d'un point de vue urbain que d√©mographique et l'√©migration a presque disparu. Au contraire, l'immigration a augment√©: √† la fois interne, aliment√©e par les Irlandais de l'arri√®re-pays, et externe, d'Afrique et d'Europe de l'Est. La multiculturalisme cependant, il n'a pas affect√© le caract√®re dur, irr√©v√©rencieux et optimiste des Irlandais qui, s'ils devaient d'abord quitter la ville pour vivre mieux, ils doivent aujourd'hui lavorare duro pour ne pas perdre ce qui a √©t√© r√©alis√© au cours des 20 derni√®res ann√©es. La co√Ľt de la vie, surtout les b√Ętiments, c'est beaucoup elevato et cela oblige les citoyens √† un tour de force √©puisant pour maintenirloyer on√©reux de la maison ou payer le paiement de l'hypoth√®que. Ensuite, cependant, il y a le plaisir qui vient avec sport (rugby et football avant tout) et les soirs au pub. La bi√®re et le whisky (sans exag√©rer!) Sont un excellent outil pour trouver ce "c√īt√© positif" dont nous avons parl√© au d√©but. Voici nos conseils pour des vacances √† Dublin. Bonne lecture.





1 Collège Trinity

Le Trinity College est la plus ancienne et la plus prestigieuse universit√© d'Irlande. Il est situ√© au Centre-ville de Dublin et pendant de nombreuses ann√©es, il a √©t√© une plaque tournante fondamentale pour la formation d'√©tudiants du monde entier. UNE vocation cosmopolite qui, cependant, a d√Ľ travailler dur pour s'√©tablir. L'universit√©, en fait, est n√©e en 1592 √† la demande de Elizabeth I d'Angleterre afin d'endiguer la ¬ęfuite¬Ľ vers le continent de nombreux jeunes protestants irlandais en qu√™te d'une meilleure √©ducation. Une h√©morragie de talents qui inqui√©tait la reine avant tout pour le risque d'influences ¬ępapistes¬Ľ dans la formation des gar√ßons. Cela explique aussi l'interdiction s√©culaire des catholiques de fr√©quenter l'universit√©, au point que lorsque les r√®gles sont devenues moins rigides, c'est l'√Čglise elle-m√™me qui a interdit (sous peine d'excommunication) la fr√©quentation de l'universit√© aux √©tudiants catholiques. Les barri√®res tomb√®rent d√©finitivement en 1970 mais l'universit√© qui, pourtant, jouissait d√©j√† d'un prestige consid√©rable, ne mit pas longtemps √† rattraper le temps perdu, se transformant en centre d'excellence d√©crit dans l'ouverture. UNE universit√© de renomm√©e internationale qui, en plus de ses cursus (voir site officiel: www.tcd.ie), est √©galement c√©l√®bre d'un point de vue mus√©al. La r√©f√©rence est √†"Ancienne biblioth√®que", l'ancienne biblioth√®que de l'universit√© o√Ļ le pr√©cieux est conserv√© Livre de Kells (Livre de Kells) manuscrit du neuvi√®me si√®cle avec les 4 √©vangiles du Nouveau Testament. Pour faire le tome √©taient les scribes du monast√®re √©cossais de Saint-Colomb r√©fugiez-vous en Irlande pour √©chapper aux raids vikings. Bref, au Trinity College, agr√©able abri de l'agitation de la ville, vit le "Genius loci" Dublin, c'est pourquoi nous l'avons plac√© en premier parmi les choses √† voir dans la ville.



2 Ch√Ęteau de Dublin

"Nous attendons depuis 700 ans, vous pouvez attendre 7 minutes". Ce sont les mots c√©l√®bres avec lesquels Michael Collins, en 1922, a r√©pondu √† la Vice-roi anglais qui l'avait r√©primand√© pour le retard lors de la c√©r√©monie de remise du ch√Ęteau √Čtat libre d'Irlande. Pendant 700 ans, en fait, le ch√Ęteau de Dublin a repr√©sent√© le bastion de la puissance britannique, et pour cette raison, il a √©t√© attaqu√© √† plusieurs reprises par les s√©paratistes irlandais au cours des si√®cles. Pour dire, dans le Salle Saint-Patrick, salle utilis√©e pour l'installation des Pr√©sidents de la R√©publique (qui peut √™tre visit√©e avec Appartements d'√Čtat lors des visites guid√©es) a √©t√© retenu prisonnier James Connoly, autre h√©ros de la r√©sistance irlandaise, architecte des c√©l√®bres √©meutes de P√Ęques de 1916. Bless√© dans les combats, Connoly est soign√© puis fusill√© par les Britanniques. En bref, le ch√Ęteau de Dublin, avec Trinity College mentionn√© ci-dessus, c'est un autre incontournable pour ceux qui veulent approfondir l'histoire irlandaise. Une histoire √©crite dans le sang, dont l'importance d√©passe de loin les aspects touristiques de la visite. En fait, seuls les vestiges de la forteresse m√©di√©vale anglo-normande d'origine Tour d'enregistrement, la tour circulaire est clairement visible de l'ext√©rieur. En 1986, lors d'une campagne de fouilles, le fondations de la forteresse d'origine construite au XIIIe si√®cle. Fondations qui constituent aujourd'hui, avec les appartements d'√Čtat susmentionn√©s, le point le plus important de la visite. Pour plus d'informations sur l'histoire, les heures d'entr√©e et les visites guid√©es peuvent √™tre consult√©s sur place www.dublincastle.ie



3 Cathédrale Saint-Patrick

deuxi√®me l√©gende la cath√©drale s'√©l√®verait au point exact o√Ļ Saint Patrick a baptis√© les pa√Įens irlandais qui a d√©cid√© de se convertir. Et en effet sous cette √©glise, la plus grande d'Irlande, coule le Paddle rivi√®re souterraine c'est pourquoi, malgr√© les diff√©rentes r√©novations du b√Ętiment au fil des si√®cles, il n'a jamais √©t√© possible de construire une crypte. M√™me aujourd'hui, √† l'int√©rieur de l'√©glise, un traverser plac√© sur une dalle de pierre indiquerait la position du bien sur laquelle le saint puiserait pour son activit√© de conversion. Ce n'est pas la seule l√©gende. Un autre, dat√© de 1492, raconte un diff√©rend entre les partisans du comte de Kildare et du comte d'Ormond. Un neveu de ce dernier - selon l'histoire - s'est barricad√© dans la salle capitulaire de l'√©glise et cela a n√©cessit√© un compromis entre les parties pour mettre fin aux hostilit√©s. Compromis qui a vu le comte Kildare comme le protagoniste qui, pour d√©montrer sa bonne foi, a fait un trou dans la porte de la pi√®ce et y a mis son bras avec le risque r√©el qu'il soit amput√©. Au lieu de cela, heureusement, sa main a √©t√© serr√©e, ce qui a aid√© √† r√©gler la querelle. De cet √©pisode, le proverbe irlandais "Pour risquer ton bras" ce qui signifie √™tre pr√™t √† prendre des risques pour atteindre vos objectifs. Pas seulement des l√©gendes. Dans la cath√©drale Saint-Patrick, o√Ļ se distingue le contraste entre la fa√ßade aust√®re et la vivacit√© de l'int√©rieur, plus de 500 personnalit√©s illustres de Dublin et d'Irlande sont enterr√©es. Entre ceux-ci, Jonathan Swift, auteur du c√©l√®bre roman "Les voyages de Gulliver", ainsi que depuis longtemps doyen de l'√©glise. √Čglise qui, nous le rappelons, n'est pas un √©v√™ch√©, gr√Ęce √† ce dernier, qui appartient plut√īt √† l'autre cath√©drale de la ville, la "Christ Church" (voir paragraphe suivant). Pour plus d'informations sur la cath√©drale Saint-Patrick, visitez le Site officiel: www.stpatrickscathedral.ie (version anglaise √©galement disponible).

4 Cathédrale Christ Church

Contrairement √† la cath√©drale Saint-Patrick, Christ Church (ou "√Čglise de la Sainte Trinit√©") une crypte a tout droit. En effet, la crypte m√©di√©vale est le lieu de plus grande attraction de l'√©difice, celui o√Ļ sont conserv√©s la plupart de ses actifs et objets les plus pr√©cieux: des stocks autrefois utilis√©s par les autorit√©s religieuses au d√©triment des civils, aux pi√®ces de monnaie rares et aux manteaux royaux. d'armes. Mais malheur √† oublier ¬ęTom & Jerry¬Ľ, un chat et une souris momifi√©s trouv√© √† l'int√©rieur d'un tuyau d'orgue en 1860 et rebaptis√© plus tard par les Dublinois comme dessin anim√© historique. La crypte, dont la construction remonte au XIIe si√®cle, est la seule partie de l'√©glise √† avoir conserv√© l'empreinte architecturale initiale. Pour le reste cette √©glise, Cath√©drale du dioc√®se anglican et si√®ge du saint patron de Dublin, Lawrence O 'Toole, a subi de nombreuses r√©novations avec le chevauchement in√©vitable de diff√©rents styles. √Ä l'original Empreinte romano-gothique il a √©t√© ajout√© Style victorien apr√®s la derni√®re r√©novation entre 1871 et 1878 apr√®s des si√®cles de n√©gligence et de n√©gligence. Pour plus d'informations sur l'histoire, les visites, les √©v√©nements et les activit√©s pastorales visitez le place: christchurchcathedral.ie (version anglaise √©galement disponible).

5 Temple Bar

Apr√®s avoir chass√© le "Genius loci" de Dublin entre universit√©s, ch√Ęteaux et √©glises, il est juste de s'arr√™ter prendre un verre dans l'un des nombreux pubs de Temple Bar, centre touristique de la ville. Un labyrinthe de rues bord√©es de pubs de qualit√©, restaurants, boutiques et magasins. Le quartier, au XIXe si√®cle fr√©quent√© par les ivrognes et les criminels, conna√ģt dans les ann√©es 50 une premi√®re phase de renaissance, culminant par l'ouverture de nombreuses boutiques d'artisans. Puis une nouvelle phase d'oubli, interrompue seulement au d√©but des ann√©es 90 en conjonction avec la d√©signation de Dublin qui Capitale europ√©enne de la culture (1991). De l√†, cependant, l'apparition de nombreuses activit√©s commerciales inscrites dans un projet de r√©am√©nagement territorial plus large. Un travail qui a certainement eu du succ√®s d'un point de vue urbain, m√™me au d√©triment de cette empreinte populaire qui caract√©risait le quartier depuis des si√®cles. Aujourd'hui, Temple Bar est principalement fr√©quent√© par des jeunes qui, surtout le week-end, affluent vers les pubs pour faire la f√™te. Souvent plus qu'autoris√©, avec quelques probl√®mes d'ordre public. Net de ces critiques, qui se heurtent certainement aux besoins d'un type de touriste moins f√™tard et plus cultiv√©, Temple Bar m√©rite √©galement d'un point de vue culturel: "Galerie de la photographie"le "Archivages photographiques nationaux" et les ruelles de ¬ęRue Fishamble¬Ľ ce ne sont l√† que quelques-unes des √©tapes de ce circuit urbain. √Ä ne pas manquer!

6 rue Grafton

La rue commer√ßante par excellence, plein de boutique e negozi d'un excellent niveau pour r√©pondre aux besoins des groupes sociaux les plus divers. De ceux qui souhaitent acheter joyaux e Designer de v√™tements, aux artistes et intellectuels qui, dans l'environnement de ce√ģle pi√©tonne Sud de Rivi√®re Liffey ils trouvent tout ce qu'ils recherchent: livres bien s√Ľr, mais aussi musique √† acheter ou √† √©couter dans la rue parmi les auteurs-compositeurs et interpr√®tes de toutes sortes.

7 Galerie nationale

L'histoire de l' Le premier mus√©e d'Irlande est une histoire d'Ňďuvres d'art (la Galerie abrite des peintures de principales √©coles de peinture europ√©ennes du XIVe au XXe si√®cle) et quelques grands hommes. G√©nial m√™me quand ils ont ¬ętort¬Ľ comme Martin ¬ęLe g√©n√©ral¬Ľ Cahill, le gangster qui a fait rage pendant trente ans dans un Dublin d√©j√† d√©chir√© par le conflit entre catholiques et protestants. Avec son gang, Cahill en 1992 est devenu le protagoniste d'un vol spectaculaire √† l'int√©rieur de la National Gallery of Ireland. Plusieurs tableaux de la "collection Beit" (l'un des 4 qui composent le mus√©e) ont √©t√© vol√©s, dont le tr√®s c√©l√®bre "Dame √©crivant une lettre avec sa femme de chambre" (trad. "Femme √©crivant une lettre en pr√©sence de la bonne") peinture du peintre flamand Jan Vermeer. Une affaire d'actualit√© marquante qui a forc√©ment suscit√© la curiosit√© de l'industrie cin√©matographique qui en 2000 a consacr√© un film √† l'√©pisode, et plus g√©n√©ralement √† la vie du bandit. film ("Le G√©n√©ral") avec Kevin Spacey dans le r√īle principal. Mais, disions-nous, il n'y a pas que Cahill dans l'histoire du mus√©e. Malheur d'oublier l'√©crivain et dramaturge irlandais George Bernard Shaw qui a m√™me l√©gu√© un tiers de ses droits d'auteur √† la galerie. Ou, en reculant, William Dargan, Magnat des chemins de fer irlandais et fondateur du mus√©e. En plus du tableau de Vermeer susmentionn√©, le "Capture du Christ" di Caravaggio. pour plus d'informations sur le mus√©e: www.nationalgallery.ie

8 Entrep√īt Guinness

pour Guinness Storehouse ce qui a d√©j√† √©t√© √©crit sur Temple Bar est valable. Le Guinness Museum est aussi une exp√©rience tr√®s r√©ussie d'un point de vue architectural qui, au moins selon de nombreux Dublinois ¬ędoc¬Ľ, aurait perdu l'aspect communautaire qui pendant des si√®cles L'ancienne usine d'Arthur Guinness √† la ville. Sara. Il n'en reste pas moins que le Guinness Storehouse est absolument le endroit le plus visit√© de Dublin et de toute l'Irlande. Depuis 2000, ce b√Ętiment de 7 √©tages dont la structure rappelle, il va sans dire, celle d'une pinte de bi√®re, a √©t√© visit√© par des millions de touristes du monde entier. Pendant la visite guid√©e, le ingr√©dients (eau, orge, houblon et levure), le processus (de l'√©bullition au m√©lange), le fret,artisanat ancien de tonneliers jusqu'√†, bien s√Ľr, pour biographie du fondateur. Enfin, in√©vitable, vient la d√©gustation au "Barre de gravit√©", au dernier √©tage du mus√©e. Une immense salle, entour√©e de fen√™tres, dans laquelle s'arr√™ter et profiter de la Guinness en compagnie d'une belle vue sur la ville d'en haut. Bref, ce sera aussi une strat√©gie marketing intelligente mais qui vaut toujours le d√©tour. Pour plus d'informations sur les prix et les heures d'ouverture consulter le Site officiel: www.guinness-storehouse.com

9 Zoo de Dublin

Les zoos divisent généralement l'opinion publique, et donc le fait que presque tous sont situés sur critiques positives plaide en faveur de la structure. Les espaces disponibles pour les animaux, en effet, sont grands et bien entretenus, ce qui montre la tentative de recréer, dans la mesure du possible, lemeilleur habitat pour chaque espèce présente. Rhinos, elefanti, leoni, girafe, macaques, tigres, Ours polaires, mais aussi polli, chèvres, vaches e porcs: dans ce zoo, l'un des plus anciens d'Europe, il y a vraiment de tout. Une destination idéale surtout pour ceux qui voyagent avec des enfants à la remorque. À propos, le zoo est situé à l'intérieur du Phoenix Park, L'un des poumons verts plus grands citoyens du monde, plus du double de la taille du célèbre Central Park de New York. Pour plus d'informations sur les prix, les heures d'ouverture, les itinéraires et toute autre chose à visiter sur Site officiel: www.dublinzoo.ie

1 Ne parlez pas en mal de la ville

Mieux ne dis pas du mal de Dublin en présence d'un de ses habitants. La ville a plusieurs problèmes: elle n'est pas toujours propre; c'est cher; bondée et la consommation d'alcool et de drogues augmente, avec tous les problèmes de santé et d'ordre public qui en découlent. Ce sont des problèmes dont les Dublinois sont bien conscients, mais aussi conscients que d'un point de vue architectural et artistique, il y a des capitales plus intéressantes. Toutefois malheur de critiquer leur ville, faites-en une affaire personnelle, prouvant un attachement viscéral que nous trouvons identiques à des milliers de kilomètres dans une ville encore plus problématique comme Naples. Donc si vous ne voulez pas perdre vos nouveaux amis irlandais tout de suite regarde ce que tu dis.

2 √Čvitez le tour de bi√®re ou de whisky

Les Dublinois sont nombreux social. Par la main bavarder, encore mieux assis dans le pub. Par cons√©quent, dans de telles circonstances, vous n'aurez pas de difficult√© √† vous lier d'amiti√© avec eux, √† condition de respecter certaines r√®gles d√©cisives. Tout d'abord, √©viter de se disputer si l'interlocuteur est clairement √©lev√© (mais c'est toujours le cas, √† n'importe quelle latitude); Deuxi√®mement offrir √† boire. Donc malheur d'√©viter votre tour de beuverie. Pour les Dublinois, cela revient √† dire du mal de la ville (voir le point pr√©c√©dent). Il y a √©videmment aussi un inconv√©nient √† consid√©rer: si l'entreprise est grande, offrir un verre co√Ľtera une fortune, auquel cas il vaut mieux √©viter de rejoindre un groupe trop important.

3 Ne conduisez pas dans la ville

Louer une voiture pour visiter Dublin n'est pas une bonne id√©e, il existe un risque r√©el de se retrouver coinc√© dans la circulation. Les Dublinois sont habitu√©s au ph√©nom√®ne, d√Ľ en grande partie √† l'expansion urbaine environnante, en raison de l'inaccessibilit√© des prix de l'immobilier dans la ville. Pour les touristes, cependant, c'est mieux utiliser les transports publics: bus (pas parfaits); les taxis (idem, surtout pendant les heures de pointe de la nuit); et les tramways. Mieux vaut encore marcher. Les itin√©raires de randonn√©e pour d√©couvrir Dublin sont nombreux et tous tr√®s int√©ressants. De la tourn√©e des pubs fr√©quent√©e par les √©crivains les plus c√©l√®bres de Dublin (www.dublinpubcrawl.com) √† celle qui retrace les lieux de la r√©bellion de 1916 (www.1916rising.com), il y a vraiment quelque chose √† faire.


ajouter un commentaire de 9 choses à faire et à voir à Dublin et 3 à ne pas faire
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.